Lancement d’une gamme de fonds internes collectifs durables

9 décembre 2020
Pour beaucoup d'entre nous, les préoccupations environnementales font partie du quotidien. Chez Bâloise Vie Luxembourg, nous avons souhaité faire un pas de plus afin de répondre à la demande croissante des investisseurs concernant leurs aspirations de placements. Nous sommes aujourd’hui confrontés à de nombreux défis : des changements climatiques à la mondialisation, en passant par les migrations massives et la pandémie, qui a profondément bouleversé nos habitudes. Un des moyens de favoriser le changement consiste à amener l'argent là où il est le plus utile, c'est-à-dire dans l'économie réelle.

Comment tout a commencé

Pour Bâloise, une économie durable implique la création de valeurs pour ses parties prenantes et donc aussi pour ses propres activités. Les décisions se prennent en fonction de leurs répercussions sur la société, l’environnement, les collaborateurs, les clients, les partenaires et les investisseurs.

L'investissement dans une économie plus durable est une façon de changer les choses. Nous pouvons essayer de limiter les conséquences de nos actes, ce que les générations précédentes n'ont pas réussi à faire, pour nous, pour nos enfants, pour toutes les générations à venir.

Dans un autre ordre d'idées, nous connaissons tous des personnes dans notre société qu'il est difficile de convaincre que, récupération de ses fonds et performance ne sont pas les seuls résultats à attendre d’un placement. Compte tenu de l'évolution de la société et des souhaits d'investissement, désormais étayés par des études et des résultats, même ces "sceptiques" devraient être convaincus que le modèle actuel n’est plus suffisant : l'investisseur veut savoir où va son argent.

Les critères ESG* et l'investissement responsable sont au cœur de la stabilité, un avenir économique solidaire avec les gouvernements et les autorités de contrôle peut être atteint en redistribuant équitablement là où l'impact est visible.

Le développement de l’offre

Bâloise Vie Luxembourg a entamé le processus par des réflexions telles que, quel type de produit souhaitons-nous concevoir ? Nous voulions que les investissements soient clairs et transparents.

Nous avons cherché des possibilités dans différents domaines. Comme l'industrie des fonds d'investissement était un peu en avance en ce qui concerne l'intégration des questions liées au climat dans leurs orientations financières, nous avons décidé d'aller dans cette direction.

Nous avons contacté plusieurs gestionnaires d'actifs, qui avaient adapté leurs considérations dans leur modèle économique au sens large, et nous sommes passés par une première phase d’échange d'informations.

Nous avons exposé nos exigences, nos domaines d’investissement de prédilection et plus précisément, ce que nous ne souhaitions pas. Il a également fallu ajouter certaines spécifications techniques, comme par exemple le fait que la banque dépositaire doive être en Europe. Cela a également conduit à la définition de nos critères d'exclusion.

Les gestionnaires d'actifs sélectionnés sont revenus vers nous avec différents types de projet allant de la création de listes de fonds à celle d’univers d'investissement dédiés. Nous avons ensuite analysé l’adéquation des propositions faites. Nous avons notamment procédé à un contrôle préalable en vérifiant les composantes et les sous-jacents des projets en question.

 

Un obstacle à franchir

Au cours de cette phase, un point d’achoppement est apparu concernant la méthodologie servant à structurer l'univers d'investissement. Nous voulions trouver un partenaire qui serait en mesure de donner des exemples de la manière dont il a traité les cas difficiles. Par exemple, lorsqu'il a choisi de ne pas suivre une notation ESG publiée et de discuter en profondeur des entreprises qui sont à la limite de l'inclusion/exclusion dans les portefeuilles.

Nous avons trouvé dans le partenaire choisi un allié et de vraies réponses à nos questions et préoccupations.

Il a été en mesure de nous donner de la transparence sur tous leurs rapports, nous expliquer la méthodologie utilisée et a été prêt à discuter de certains choix d'investissements. Il a été capable de nous expliquer pourquoi il a décidé de continuer à investir dans une entreprise dont le domaine de prédilection est, à première vue, connoté négativement.

Nous avons à cet effet passé en revue la décision d'investissement qui avait été prise et nous avons reçu des informations techniques sur les raisons pour lesquelles la société avait été conservée dans les sous-jacents : encourager et accompagner le changement.

Quelques semaines plus tard, cette même entreprise dont nous parlons a annoncé publiquement son objectif de parvenir à « zéro émissions nettes » pour ses activités mondiales d'ici à 2050.

Une mise en place sans encombre

Nous voulions créer des véhicules d'investissement facilement compréhensibles et cohérents avec l’existant.

C'est pourquoi nous avons choisi de mettre en place des fonds internes collectifs. Ces fonds ont été adaptés à nos besoins en répondant à nos attentes et à nos exigences. Nous avons délégué la gestion de leurs investissements à un spécialiste dans son domaine.

C'est ainsi que nous avons décidé de lancer 5 Fonds Collectifs Internes qui correspondent à cinq profils d'investisseurs.

Cela nous permet de couvrir tous les types d'investisseurs, du plus prévenant, qui n'est pas prêt à prendre des risques, au plus averti, qui a une solide connaissance des marchés et qui est prêt à prendre plus de risques sur ses investissements.

On peut considérer qu'il s'agit de briques de construction qui s'emboîtent parfaitement, un profil d'investisseur pour un fonds.

Notre offre d’investissement durable

Voici nos 5 Fonds Internes Collectifs dont la stratégie d’investissement met l’accent sur des critères ESG :

Vous souhaitez en savoir plus sur les différents fonds internes ? Retrouvez toutes les informations ici .

 

* ESG : Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance – il s’agit des critères d’analyse qui permettent d’évaluer la prise en compte du développement durable et des enjeux de long terme dans la stratégie des entreprises.

Top